L'utilisation des matériels didactiques dans le domaine du FLS

Dans le domaine pédagogique, les approches sont constamment dynamiques grâce à tous les efforts des pionniers dans le domaine de l'éducation. Dans le contexte actuel, je voudrais focaliser mon attention sur la perspective socioculturelle et surtout des matériels didactiques utilisés dans le domaine du FLS. Selon Stewart (2007) :

A sociocultural perspective is situated in the belief that students are active participants in the learning process. A basic tenet of this theory is that humans learn language via cognitive and linguistic interactions with the material and social worlds. Through repeated participation in activities with more capable peers within a sociocultural environment, language learners acquire the linguistic, cultural and other knowledge needed to function within a given society. (p.86)

Il est évident que cette perspective tient compte des éléments culturels et sociaux dans le processus d'enseignement d’une langue et, d'autre part, les matériels sont aussi essentiels et importants que les autres éléments d’enseignement. Dans ce texte, je vous montre les importances des matériels didactiques et le problème commun d’utilisation de ces matériels dans la salle de classe du FLS ou FLE.

Tout d'abord, les matériels didactiques sont importants parce qu’ils sont les fondements de la communication entre les apprenants et les enseignants. Chaque classe est développée autour d’un sujet choisi pour transférer les connaissances et les compétences aux apprenants. Donc, la communication entre les apprenants et les enseignants est à partir des matériels. Si l’enseignant fait un bon choix de matériel pédagogique, il est plus probable qu’il pourrait réussir à transférer les connaissances et les compétences, car les matériels ont été utilisés comme un pont qui favorise la création d’une atmosphère agréable dans la salle de classe.

En regardant les matériels didactiques de plus près, je pense que les matériels sont également les fondements des connaissances scolaires et culturelles. Pour les apprenants du FLS ou FLE, les matériels représentent la culture française pour eux. Généralement, les apprenants du FLS ou FLE viennent de cultures et de religions différentes. Ce que l’enseignant leur présente en utilisant les matériels didactiques représente la culture francophone. L’enseignant doit prêter une attention particulière au matériel culturel présenté dans la salle de classe afin de s’assurer qu’il construit une représentation courante et objective de la culture française pour les apprenants. Cette représentation culturelle est aussi importante par rapport à la formation d’une vision du monde et à la formation interculturelle chez les apprenants.

Le prochain point porte sur le problème d’utilisation inappropriée des matériels didactiques dans la salle de classe du FLS ou FLE. L’utilisation inappropriée signifie que soit l’enseignant choisit des matériels culturels inappropriés pour les apprenants, soit l’enseignant utilise des matériels culturels d’une mauvaise façon. Pour ce qui concerne le premier type d’utilisation inappropriée, ceci implique que l’enseignant aurait pu choisir les éléments culturels qui sont inappropriés pour certains apprenants. De plus, est-ce que l’enseignant prend en considération la culture locale des apprenants lorsqu’il choisit les matériels culturels ? Est-ce que l’enseignant leur donne une représentation courante et objective de la culture ou plutôt une représentation dépassée et arbitraire pour les apprenants ?

Le choix des matériels culturels didactiques est évidemment crucial et exigeant, mais en même temps, la façon d’intégrer les éléments culturels dans la classe est tout aussi importante que le choix. Parfois, l’enseignant est demandé d’inclure certains éléments culturels par le programme ou l'administration dans l’enseignement. À cette occasion, certains enseignants ne savent peut-être pas comment le faire sans perdre la dimension amusante dans la salle de classe. Il y a toujours des connaissances qui ne sont pas assez attractives pour tous les apprenants, surtout pour les jeunes apprenants qui ne sont pas conscients de l'importance de la diversité culturelle à ce moment-là. Il s'agit encore d'un défi de taille pour n'importe quel enseignant. Donc l’enseignant devrait tenter de trouver une solution pour rendre la classe plus efficace, tout en offrant une dimension ludique lorsqu'il s'agit d’utilisation des matériels culturels au sein de la classe de FLS ou FLE.

Dans la présente section, je tiens à mettre le problème d’utilisation des matériels didactiques en contexte afin de souligner l’importance d’utiliser les matériels didactiques de façon appropriée. Dans l’article « Fermetures et ouvertures francophones dans le discours didactique des manuels roumains de FLE » (Teodorescu, 2005), l’auteur nous présente le changement de matériel didactique de la classe de FLE à travers deux périodes distinctes en Roumanie. La première période est ce que l’auteur appelle « la période communiste » ou « des périodes “noires” ». Pendant ce temps, l’enseignant n’enseignait que la langue française elle-même et l’enseignement n’avait aucun rapport avec la culture française ou la culture francophone. Ce que l’enseignant devait enseigner aux apprenants était dirigé étroitement par le parti qui représentait l’idéologie dominante de la société. En revanche, dans la deuxième période, « la période actuelle » ou « des périodes de grande ouverture vers l’espace français et francophone », les éléments culturels et les réalités culturelles de la France et la francophone étaient intégrés dans l’enseignement du français en Roumanie grâce au changement idéologique (Teodorescu, 2005, p97-110). Selon les informations fournies dans cet article, on voit que les matériels didactiques étaient choisis différemment pour adapter les besoins différenciés de la société. Dans « la période communiste », l’enseignant doit choisir seulement les matériels qui sont correspondants avec l’idéologie dominante de l’époque, y compris les réalités roumaines, les stéréotypes culturels de la période communiste. Donc le problème sous- tend cette situation est que les matériels culturels choisis sont peu représentatifs de la culture française et la culture francophone, c’est-à-dire que l’utilisation des matériels est moins appropriée pour ces apprenants en Roumanie. Ce type d’utilisation peut générer l’incompréhension culturelle chez les apprenants et elle va nuire à leurs formations interculturelles au cours du processus d’apprentissage.

Passant au deuxième type de problème concernant l’utilisation inappropriée des matériels didactiques, je vous montre quelques indices de comment l’enseignant a utilisé des matériels culturels d’une mauvaise façon en utilisant mon expérience personnelle d’apprentissage du français. Dans un des cours du français que j’ai suivi dans le passé, on devait apprendre à connaître une femme célèbre dans le monde francophone. Ce qu’on a fait pendant le cours était de lire un article qui portait sur des expériences de sa vie, et puis répondait aux questions de la compréhension de l'article. Durant cette classe, je me trouvais que je ne pouvais pas me concentrer sur la lecture parce que le sujet n’était pas assez intéressant pour moi. Bien que le sujet était autour de la culture francophone, il ne semblait pas intéressant du tout. Une autre façon d’apprendre le même sujet, mais d’une manière plus intéressante peut être de changer le processus d’apprentissage. À mon avis, je préfère apprendre le même sujet en faisant une production orale, c’est-à-dire de demander à chaque apprenant de faire un petit exposé. L’enseignant pourrait nous donne une liste de choix, qui porte sur différents aspects de sa vie tels que ses succès dans différents domaines, sa formation académique, sa vie personnelle, etc. En faisant un exposé du sujet choisi, chaque apprenant aurait la chance de faire la recherche sur des aspects différents. Mieux encore, l’apprenant pourrait mieux mémoriser les connaissances de cette manière en comparant avec la lecture que j’ai faite dans mon cours. Il est donc clair que la façon d’utiliser les matériels va influencer les résultats d'apprentissage dans la classe.

Selon Teodorescu, l’enseignant de français doit être « un médiateur culturel » dans la salle de classe plutôt que « un propagandiste » d’une certaine idéologie (dans le cas de la Roumanie « un propagandiste du Parti Communiste ») (Teodorescu, 2005). Je tiens exactement la même opinion que l’auteur à cet égard. L’une des tâches principales de l’enseignant est de fournir aux apprenants une représentation courante et objective de la culture en utilisant les matériels didactiques. L’enseignant doit laisser de côté tous les préjugés et tous les biais d’une culture. En dehors de cela, il y a de nombreuses autres tâches que l’enseignant doit effectuer telles que l’établissement des rapports amicaux avec les apprenants, l’assurance que les connaissances sont transmises correctement aux apprenants, etc. Tout cela dépend, bien sûr, des matériels didactiques choisis. Donc l’importance de ceux-ci ne devrait pas être dévalorisée et tous les choix que l’enseignant fait devraient être réalisés avec prudence suffisante.

Pour finir, je voudrais me donner une occasion de faire quelques réflexions quant à ce sujet. Voici quelques questions que je voudrais poser : l’enseignant de FLS ou FLE devrait-il privilégier les matériels didactiques authentiques ou fabriqués concernant les éléments culturels ? Comment l’enseignant pourrait déterminer si les matériels choisis seraient appropriés ou non ? Quels critères prendre en compte lors du choix à cet égard ? L’intégration de la culture étrangère dans la salle de classe est parfois limitée (toujours dans un cadre positif), mais la représentation complète d’une culture est bien plus complexe, quel genre d'attitude l’enseignant doit-il accorder avec les éléments culturels qui ne sont pas assez positifs ? Que faire si la culture d’une langue étrangère est en conflit avec les idéologies dominantes de la société ? Respectez-vous la culture étrangère ou plutôt les idéologies autochtones ? En tant qu'enseignant, il faut porter une attention particulière à tous ces aspects dans le processus d’enseignement, il faut également garder un esprit ouvert à tout ce qui se passe dans le domaine d'éducation.

Références

Stewart, S. (2007). Crossing borders/forging identities: Echoes of symbiosis between class- room and community. In A. Wurr & J. Hellebrandt (Eds.), Learning the language of global citizenship (pp. 82-114). Bolton, MA: Anker Publishing.

Teodorescu, C.-N. (2005). Fermetures et ouvertures francophones dans le discours didactique des manuels roumains de FLE. In B. Daunay, I. Delcambre & Y. Reuter (Eds), Didactique du français, le socioculturel en question (pp. 97-110). Villeneuve d’Ascq: Presses Universitaires du Septentrion.

Follow Us
Recent Posts